La passion du vin de  Valeriya Komissarova - Vatel

La passion du vin de Valeriya Komissarova

Interview avec Valeriya Komissarova, une étudiante russe qui suit actuellement le MBA en Wine & Spirits Management sur le campus de Vatel Bordeaux

Retour

Quel a été votre parcours depuis l'obtention de votre Baccalauréat ?

Après le lycée à Novosibirsk, je suis partie en Suisse pour suivre une année préparatoire au Swiss Hôtel Management School à Leysin dans un magnifique petit village de montagne côté français, où j'ai étudié pendant deux ans (année de préparation et première année). Par la suite, j'ai changé d'école, et je suis rentrée directement en deuxième année à l’Institut Glion, où j’ai obtenu mon diplôme en 2011.

Passionnée par l'univers de la restauration et de l'hôtellerie, j'ai trouvé un emploi en CDI en tant que gestionnaire d'un restaurant à Montreux, en Suisse. Je suis restée en poste jusqu'en 2013, lorsque j'ai pris la décision de reprendre mes études et d’intégrer le MBA Management vins et spiritueux à Vatel.

Voilà maintenant quelques années que j'ai découvert le monde du vin qui me passionne de plus en plus. Je trouve que ce produit noble est peut-être le plus mystérieux de tous les produits créés par l'homme. Je reprendrais cette citation : "Grâce au jus de raisin, nous pouvons capturer l'amour, la culture et l'histoire d'un peuple dans une bouteille".

La vérité est peut-être au-delà, il n'est pas possible de tout appréhender dans le monde du vin et c'est cela qui m'attire le plus. Cela explique mon choix rapide pour une spécialisation en MBA Wine & Spirits Business Management. De plus, je pense qu'il n'y a pas de meilleur endroit au monde que Bordeaux, le berceau de la viticulture, pour découvrir et comprendre l'industrie du vin.

Aujourd'hui, quand j’écris ces phrases, j’ai terminé ma formation et je me prépare à commencer ma carrière professionnelle dans quelques semaines.

 

Quel est votre projet professionnel? Dans quel secteur et à quel endroit voudriez-vous travailler plus particulièrement?

J’envisage de travailler dans le négoce du vin, pour une entreprise d’import-export spécialisée sur les marchés de l’Europe de l’Est et de la Russie. Je voudrais faire carrière dans le commerce du vin, car j’ai une volonté aussi bien qu’une aptitude à développer ce secteur d’activité. En effet, j’ai l’avantage de bien connaître la culture de ma Russie natale, les attentes et les besoins de ses consommateurs. Ma véritable passion pour le vin vient se rajouter à cette connaissance de la clientèle. J’ai compris que l’on ne se trouve pas à travailler dans ce domaine par accident ou par pure hasard, mais par goût et surtout par amour. Tout cela ne veut pas dire que j’ai abandonné l’hôtellerie. J’ai simplement fait un autre choix. De plus, j’ai quelques idées en tête qui me permettront peut-être de me servir de mon experience et de mes connaissances dans un métier lié au vin, et en particulier, à l’oenotourisme.   

 

A quel point votre formation vous a-t-elle permis d’atteindre vos ambitions professionnelles?

Mes études m’ont apporté beaucoup de connaissances théoriques qui m’ont aidé à réaliser mes objectifs. Par exemple, une multitude d’informations techniques précises concernant une bouteille de vin qu’on peut trouver chez le caviste ; la contenance, la fourchette de prix et le positionnement – et tout ce qui peut expliquer pourquoi cette bouteille est à vendre dans ce magasin en particulier. On doit maîtriser toute l’information pointue sur la viticulture et la vinification si l’on souhaite réussir dans ce secteur, car le vin n’est pas un produit banal que n’importe qui peut vendre sans connaître ses origines. C’est un produit complexe et chaque bouteille est unique.

De plus, le secteur viti-vinicole est en pleine mutation et se développe très rapidement actuellement, ce qui nous oblige à nous tenir constamment au courant de son évolution afin de comprendre les enjeux et de prendre les bonnes décisions. Tout au long de mon parcours à Vatel, j’ai eu l’opportunité de travailler avec des professeurs exceptionnels, qui ont su partager avec nous leurs connaissances théoriques et pratiques, acquises grâce à une longue expérience dans ce domaine. Ils nous ont encouragés à progresser et à réussir, et je tiens à témoigner ma reconnaissance à chacun d’entre eux pour m’avoir donné cette chance de profiter de leur savoir et d’être inspirée par l’exemple de leur réussite.

 

Selon vous, quelles sont les capacités requises pour devenir un responsable dans l’industrie hôtellière et/ou le secteur du vin?

Etre un bon manager dans n’importe quel secteur, que ce soit dans le domaine de l’hospitalité ou celui des vins et spiritueux, necessite avant tout une réactivité – c’est-à-dire une capacité d’évaluer rapidement une situation de façon objective et critique. On doit aussi être capable d’anticiper l’avenir afin de prendre des décisions importantes et stratégiques et en même temps savoir adapter une stratégie existante à un monde qui évolue. Un manager efficace est quelqu’un de curieux, rigoureux et qui a l’esprit ouvert. Il ou elle doit aussi savoir entretenir de bonnes relations professionnelles avec son personnel, ses partenaires et ses supérieurs. La capacité d’échanger et partager avec une équipe est un facteur essentiel pour réussir.

 

Avez vous une anecdote à nous raconter parmi les experiences que vous avez vécues depuis que vous êtes partie étudier à l’international ? 

Cela fait sept ans que je vis et étudie à l’étranger et bien sûr, j’ai accumulé beaucoup d’expériences positives et parfois drôles pendant ce temps-là. La plupart sont liées à mes origines. Quand les gens découvrent que je viens de Sibérie, ils pensent que nous subissons l’hiver toute l’année, que nous avons nos propres ours polaires et que nous buvons de la vodka tous les jours! Personne ne me croit quand je dis qu’il fait très froid à Bordeaux l’hiver parce que, comme je suis russe et surtout de Sibérie, je ne devrais pas être frileuse. A propos, en parlant de Sibérie, est-ce-que vous savez que, dans le sud de la France – dans l’appellation “Côtes du Roussillon Villages” – il existe un domaine viticole producteur d’une cuvee spéciale qui s’appelle “La Petite Sibérie”? C’est un vin fascinant et assez exclusif, à caractère puissant, qui vaut vraiment la peine d’être dégusté au moins une fois dans sa vie.

 

Quelles recommandations particulières donneriez-vous aux étudiants russes qui souhaitent construire une carrière internationale?

Je conseillerais aux étudiants russes qui envisagent d’étudier à l’étranger ou de développer une carrière internationale d’oser dépasser leurs propres frontières, d’oublier leurs vieilles habitudes, de garder un esprit ouvert et d’être confiants et curieux. Nous possédons une culture riche et des convictions fortes qui peuvent nous aider à faire face aux défis et à survivre quelles que soient nos origines. Aujourd’hui, il n’y a plus de limites et nous sommes libres de choisir, d’où l’importance de faire les bons choix, de “sortir des sentiers battus” et d’oser tenter quelque chose de nouveau.

Trouver ma formation en 3 étapes

Actualités
Dates à venir
6
October
Salon France
Saturday, 6 October 2018
10:00 – 18:00
Flèche suite
6
October
Salon France
Saturday, 6 October 2018
10:00 – 18:00
Flèche suite
6
October
Salon France
Saturday, 6 October 2018
09:00 – 17:00
Flèche suite
6
October
Journée portes ouverte Lyon
Saturday, 6 October 2018
15:00 – 17:30
Flèche suite
12
October
Salon France
Friday, 12 October 2018
13:00 – 17:00
Flèche suite
Tous les événements
Focus
Nous diffusons des cookies afin d'analyser le trafic sur ce site. Les informations concernant l'utilisation que vous faites de notre site nous sont transmises dans cette optique. En savoir +OK