CAMPUS

À la poursuite du rêve américain

En 2e année de Bachelor, Pierre-Emmanuel Remoleux a d’ores et déjà de prestigieux établissements à son CV : itinéraire en quatre étapes d’un étudiant qui rêve de s’établir à New York.


À la poursuite du rêve américain

1-Viser l’excellence 

« J’ai réalisé un stage d’observation au Fouquet’s (Paris), puis j’ai travaillé un été au Castel Victoria, au Touquet-Paris-Plage. Les métiers de l’hôtellerie sont le cadre idéal pour rencontrer d’autres cultures, voyager, rechercher l’excellence au quotidien : je suis heureux des défis qui m’attendent dans ce secteur. »


2-Choisir une formation alliant théorie et expérience professionnelle 

« Toute l’année, l’alternance entre cours et pratique au restaurant Vatel nous permet de faire nos premiers pas au contact de vrais clients. Cette expérience est complétée par les deux stages obligatoires du Bachelor, l’un en France, l’autre à l’international. Ils nous permettent d’entrer progressivement dans la vie active et de nous aguerrir sur le terrain. »


3-Faire ses armes dans un palace

« J’ai effectué mon stage de 1re année dans le cadre exceptionnel du Peninsula, l’un des 24 palaces de France : je travaillais au Bar Kleber mais j’ai aussi découvert d’autres points de restauration de l'hôtel. Après deux semaines à m’occuper du back office (propreté des verres, remplissage, etc.), je suis passé en salle, où l’on m’a confié mes propres tables. La jeune équipe du bar m’a très bien intégré, chacun avait des choses à me transmettre : une nouvelle technique, un conseil pour aborder les clients, etc. Je ne me suis jamais senti traité comme un simple stagiaire. »


4-S’envoler pour New York !

« Pour mon stage de 2e année, je souhaite perfectionner mon anglais et découvrir un autre style de management. Je suis donc heureux de rejoindre la réception du Carlyle, à New York : cette ville me semble le lieu idéal pour progresser vite. J’attends beaucoup de cette expérience, tant au plan personnel que professionnel : plus tard, j’aimerais m’installer aux États-Unis, j’ai donc hâte de partir découvrir la vie sur place et de voir si je m’y plairais… »